Catégorie: OMG

Viré d’un bar à cause d’une coiffure ringarde

L’histoire se déroule en Australie. Un homme boit un verre avec des amis dans un nouveau bar branché de Perth.
Fringues : ok
Chaussures : ok
Coiffure : Mulet… Oui un mulet!

Ce qui devait arriver, arriva : le videur le vida. Je suppose que la conversation ressemblait à ça :

Le videur au bon goût : « Eh toi au bar, il faut partir, mais tes copains peuvent rester »
Le client ringard : « Ah ouais et pourquoi ? »
Le videur au bon goût : « Parce que ta coupe de cheveux est à chier »
Le client ringard : « C’est vraiment pas sympa! Je suis un mec cool moi, je fais rien de mal »
Le videur au bon goût : « Je sais mais bon, toi et ton mulet faites peur aux autres clients »
Le client ringard : »J’vais l’dire aux journalistes du Herald Sun! »

Ouais je sais, je sais, heureusement que je ne suis pas journaliste…

Une coupe pareille, c’est tellement rare de nos jours. A la place du videur, je lui aurais payé un verre. 

Les Histoires d’Amour finissent mal…

En généraaaaaaaaaaaal… La plupart des mariages auxquels j’ai assisté sont des échecs cuisants (True story). Voici 5 exemples* qui prouvent ma malédiction. Un conseil: ne m’invitez surtout pas à votre mariage!

Micha et Kévin : 2 mois

Un couple de californiens peut-être? Look total blonds et surfeurs. Ils avaient l’air tellement « cool » et « aloha ». Ben pas tant que ça en fait puisque que j’ai appris au moment de leur divorce , qu’ils passaient leur temps à se pouiller. Ahhh, les jolies apparences…

Sandrine et Nicolas : 7 mois

Un ex m’avait traîné à ce mariage familial très « rural ». Une beuverie général. Vu le patelin où ils vivaient, n’importe qui peut y devenir alcoolique. La mariée, qui me détestait, avait pris soin de m’inscrire à tous les jeux les plus débiles et beaufs de la journée. Après avoir souvent essuyé ses critiques concernant mon style de vie, c’est avec un plaisir non dissimulé que j’ai appris son divorce.

Victoria et Stéphane : 10 mois

Ils étaient jeunes, beaux et fortunés. Tout pour plaire et tout pour réussir. Ensemble depuis l’adolescence, ils ne s’étaient jamais quittés. C’est tout naturellement qu’ils se sont mariés en grande pompe dans une immense cathédrale puis dans un splendide château. Pour le meilleur sûrement mais vraisemblablement pas pour le pire. Quelques mois et des gros ennuis de santé plus tard : le divorce.

Lisa et Jonathan : 1 an 1/2

Bah! Comme je dis toujours « les couples non assortis ne durent pas ». Il y a peut-être des exceptions mais ces deux là illustrent très bien ma pensée. Lui était plutôt pas mal dans son genre et elle, un cageot (faut appeler un chat « un chat »), adorable et gentille mais un cageot. Ils se sont mariés, et il s’est barré avec une fille plus jolie. Voilà.

Viviane et Gaspard : 4 mois

En couple depuis des lustres, 3 enfants, une maison et tout qui va bien. Ils décident de se marier… pour divorcer 4 mois plus tard. Incroyable.

 

 

 

Si mon mec me demande en mariage, je dis quoi ????

image

* Les histoires ne sont pas fictives. Seuls les noms on été changés.

Des mugs à l’effigie de François Hollande commercialisés avec son accord

Jeune chef d’entreprise de Peyrignac (Dordogne), Jean-Charles Granchamp propose des produits à l’effigie de François Hollande. Dont un mug signé de la main du président de la République.

Jusqu’ici, Pom Com’ 24 (basée à Peyrignac, en Dordogne) ne fournissait que les clubs sportifs en mugs publicitaires (le XV de France, le CA Brive Corrèze…).

Mais peu après le débat télévisé qui a opposé François Hollande à Nicolas Sarkozy pendant la campagne présidentielle, le dirigeant de l’entreprise, Jean-Charles Granchamp s’est mis à imaginer une caricature de celui qui sera élu peu après, avec sa phrase désormais célèbre « Moi, président ».

Lire la suite sur lamontagne.fr

Les 10 personnages qui rendent dingue au volant

Selon les écolos, nous devons tous prendre les transports en communs ou utiliser notre vélo pour nos déplacements quotidiens sous peine d’être taxés de méchants pollueurs. La terre n’a jamais été aussi sale mais ses habitants n’ont jamais autant été donneurs de leçons. Voici un scoop, dans certaines régions, il n’y a ni métro, ni bus, ni piste cyclable pour nous permettre d’aller au boulot. Donc oui, je prends ma voiture. Bon, je fais du covoiturage mais est-ce suffisant pour éviter le bûcher d’EELV ? Un matin sur deux, je mets le contact et là c’est le drame…

1 – Le concept du clignotant

Bon ça arrive à tout le monde, même aux meilleurs. Une voiture qui vous double sur la quatre-voie sans clignotant, bien sûr, ce n’est pas un drame. Là, il s’agit de ceux qui freinent d’abord et l’enclenchent une fois qu’ils prennent leur virage (!!). Je parle de ceux qui le mettent à gauche pour tourner… à droite. De ceux qui ne le mettent jamais. De ceux qui roulent pendant une demi-heure avec leurs warnings (??). La gestion du clignotant dans un rond-point est également incroyable mais elle sera traitée dans une partie spécifique.

2 – Le concept du motard

On ne le voit qu’aux beaux jours et les jours fériés. Le motard se prend pour un mi-dieu, ou au moins pour un être largement au-dessus de l’automobiliste. Il chevauche sa bécane, il la possède, il aime l’asphalte et l’asphalte l’aime. Nous on des des connards, des nazes. Lui, il sait rouler, il sait conduire, parce qu’il est programmé pour ça. D’ailleurs, il se sent comme un acteur de blockbuster dans lequel il tiendrait le rôle principal, celui du gentil. Ils nous considèrent comme des pauvres incapables à quatre roues. Les motards forment une sorte de communauté, ils se font des « coucous » quand ils se croisent car ils s’aiment et se respectent entre eux. Ils ont un code d’honneur car ils se considèrent comme des gentlemen à deux roues. Essayez donc de faire des signes de ralliement à toutes les Twingos que vous croisez. Pour l’avoir testé, les Twingos n’ont aucune solidarité entre elles. Par conséquent, lorsque vous voyez un motard qui arrive dans votre rétro, surtout laissez-le passer ! Quitte à terminer dans le fossé ou tuer le gentil cycliste qui roule sur votre droite, c’est pas grave, le roi doit pouvoir passer sur votre gauche (sans clignotant bien sûûûûûr) et sans avoir à toucher la ligne continue (dans ce cas nous sommes d’accord pour dire qu’il n’est pas censé doubler quoique ce soit, même un tracteur). Si vous abdiquez rapidement et sans broncher, il vous gratifiera d’un petit mouvement de pied. N’en attendez pas plus, c’est tout ce qu’il a à vous donner, le roi motard. A la moindre résistance de votre part ou s’il sent chez vous de la mauvaise volonté, vous risquez le doigt d’honneur, voire le fameux coup de pied dans la portière. Attention, le motard se fait justice lui même, et il n’enfourche pas sa motocyclette pour rigoler.

3 – Le concept du chauffard

Un classique. Le chauffard s’en fout de tout et de tout le monde. Il a mis le paquet (les mensualités de son crédit auto sont plus élevées que son loyer) pour se payer une voiture qui a quelques bourrins de plus que la moyenne alors il a pas de temps à perdre avec vous. S’il veut passer, bah vous dégagez et fissa. Illustration: Il fait beau, la route est belle, la circulation fluide. Vous doublez tranquillement un camion en sifflotant « La Bohème » d’Aznavour. Un coup d’oeil dans le rétro, rien, puis un autre et là … une Golf GTI, modèle récent est à vos trousses, pleins phares et son conducteur gesticule dans tous les sens. Soit il a rendez-vous à l’Elysée et il est super en retard (surtout qu’il roue vers Brest), soit il a très envie d’aller aux cabinets, n’a plus de PQ de secours et ne va pas tarder à faire un malaise. En tous cas, il est pénible et agressif. Comportement à adopter : ralentir de 5 km/h (ça suffit amplement, promis) et mettre beaucoup, mais alors, beaucoup de temps à se rabattre sur la voie de droite et afficher un sourire béa.

4 – Le concept du macho

Alors lui ce n’est pas compliqué. Il suffit de vivre dans la peau d’une femme pendant une journée pour comprendre. Le macho part du principe que les femmes sont des incapables au volant, des dangers ambulants. Et il ne se prive pas pour vous le faire savoir. La main placé au sommet de son volant, il scrute les conductrices, trouve sa cible et surveille la moindre faute. Quand l’erreur fatale arrive, il explose dans sa voiture en refaisant la liste des tâches ménagères auxquelles la femelle devrait se cantonner. Quand à lui, il peut enchainer 14 infractions au code de la route en dix minutes sans jamais se remettre en question. Lorsque l’on tombe sur un macho, on rêve de se garer au frein à main, de se transformer en Iron Man avant de sortir de son véhicule pour lui demander « C’est quoi ton problème ? Tu veux qu’on en parle, ducon? »

5 – Le concept de l’escargot

Nous sommes tentés de croire qu’il est fatalement vieux mais même s’il y a quelques escargots argentés, ils ne constituent pas la majorité. Contrairement au chauffard, l’escargot n’est pas du tout pressé. Il roule doucement, trèèèèès doucement. Il n’est pas pour autant bon conducteur. Il roule juste doucement. L’escargot est pépère à 90 km/h sur une nationale limitée à 110. Il se fait doubler par les poids lourds mais ça ne lui fait ni chaud ni froid. Sa vitesse de croisière en ville est de 25 km/h ni plus ni moins, donc même à hauteur d’un feu orange bien mûr, il passe sans même envisager de s’arrêter. Il arrive de ne pas en vouloir à un escargot à la vue de son petit sticker rond Conduite Accompagnée : « Ok! Pas grave, c’est Kévin, le petit dernier et il est juste un peu flippé, on est tous passé par là » . Mais en le doublant, compréhensif, on se rend compte que c’est Jean-Louis, le père de Kévin qui est au volant. « Oh punaise! C’est ce mec là qui éduque Kévin et qui lui apprend à conduire?? ». La réponse est « oui », papa escargot fait des bébés escargots.

6 – Le concept du vieux

Quand je pense au vieux, j’imagine toujours la même scène : carambolage géant sur la route et papy qui s’éloigne au loin, naïf et innocent. Rouler sur la même route que lui nécessite un redoublement de vigilance. Car le vieux ne capte RIEN! Il veut aller d’un point A à un point B et ne connait qu’un itinéraire que rien ne pourra l’en détourner. Il est capable de tout. Sous ses airs calmes et derrière ses cheveux blancs se cache un véritable délinquant de la route. Aucune loi ne peut l’empêcher de vous donner les pires frayeurs de votre vie. Il sait prendre l’autoroute à contresens avec angélisme, il est capable de piler dans un rond-point avec sérénité, il peut doubler peinard pendant que vous êtes vous-même entrain de le doubler… Son bien-être est du à sa capacité énorme d’occulter les déchainements qu’il provoque. Entre classe et incrédulité, le vieux sévit chaque jour. Et le vieillissement de la population fait frémir…

7 – Le concept de l’arrogant

L’arrogant a une spécialité : « Si tu me doubles, j’accélère ». Il ne supporte pas qu’on puisse le doubler. En mode régulateur de vitesse bloqué à 114 km/h sur la quatre voies, vous arrivez rapidement à sa hauteur. Vous vous demandez même s’il n’est pas à 70. Quand tout à coup, il vous voit dans sont rétro et lorsque vous arrivez à sa hauteur, il vous lance un regard qui en dit long: « C’est moi que tu doubles? C’est MOI que tu doubles ? » Il est à la frontière d’une imitation de Robert De Niro. Sa réaction ne se fait pas attendre, il appuie sur le champignon et s’éloigne. Vous, toujours à 114 km/h mais seul, sur la voie de gauche. Vous avez l’air d’un con et les autres automobilistes se foutent un peu de votre gueule. A leur place, vous feriez pareil, avouez.

8 – Le concept du rond point

Il est de plus en plus courant d’être confronté aux situations qui vont être décrites, car les ronds points poussent comme des champignons en automne. Il y a ceux qui râclent tout l’extérieur du rond point pour prendre la dernière sortie, ceux qui prennent la voie centrale pour aller tout droit, ou même à droite, ceux qui pilent en plein milieu pour laisser passer les voitures soumises à un ceder-le-passage, ceux qui respectent le fameux ceder-le-passage mais après le panneau, ceux qui s’arrête bien au panneau mais ne se lancent jamais, ceux qui ne mettent aucun clignotant pour laisser le mystère planer… Sans mauvais jeu de mots, certains utilisateurs de ronds points ne tournes pas rond ! Bon ok c’est nul.

9 – Le concept du papa

Les femmes et les jeunes en sont les principales victimes. Le papa est un prof ou un flic raté. Il se sait pédagogue et patient. Il a un côté « donneur de leçons qui s’ignore » exaspérant. Il est champion de la délation et détient la vérité. Sa C5 est toujours nickel chrome car il la nettoie chaque dimanche matin. Lorsque qu’il promène bobonne (qui n’a pas touché un volant depuis son mariage il y a 25 ans) il se transforme en proviseur de collège et distribue des mauvais points. A la moindre erreur de votre part, le papa cherche votre regard pour vous montrer à l’aide de ses sourcils froncés, que : « ce n’est pas bien ce que tu viens de faire mon petit ». Ce qu’il considère comme une énorme bourde vous permettra de le voir secouer la main près de sa joue : « Si tu vivais à la maison avec moi, tu prendrais une bonne fessée, pas vrai bobonne? ». Ce qu’il peut inspirer ? Ni une envie soudaine d’effectuer un stage de conduite, ni un désir de se confesser afin de devenir meilleur : « Je veux que tu sois fier de moi papa« . Non rien de tout ça. Il donne surtout envie de mettre Marilyn Manson à fond et de baisser sa vitre pour lui proposer un plan un trois avec bobonne.

10 – Le concept de l’emmerdeur

Ah l’emmerdeur! Je l’adore. Il est tellement penible qu’il anime la journée la plus monotone. Il na pas d’âge, pas de visage, pas de sexe, il est partout. Il existe une quantité astronomique d’exemples le concernant: L’emmerdeur vous colle pour vous empêcher de faire votre créneau, il prépare le dépassement d’un camion 5 km avant, il prend sa priorité à droite sans regarder à gauche, pas même un coup d’oeil (ben oui c’est SA priorité), il est même prêt à vous rouler dessus quand il est dans son bon droit. Il vous pique votre place de parking sans scrupules, il se gare sur deux places sans complexes, il rêvasse au feu vert et démarre à l’orange, vous laissant derrière, seul avec votre fureur, il commence à doubler dès qu’il vous voit arriver dans son rétro, il freine avant la bretelle de sortie, il s’arrête au stop mais sa voiture dépasse tellement de la ligne blanche que vous êtes obligé de le laisser passer, il stagne sur la voie du milieu de l’autoroute, il a plein de choses passionnantes à raconter au pompiste ou au péagiste… en résumé l’emmerdeur a pour unique but de vous pourrir la vie.