Tagué: Conseils

Tristoune Banane répond au Bedos à grande bouche

« Euthanasie ta mère et termine ton bouquin…. » C’est d’une écriture féroce et acide que l’humoriste Nicolas Bedos exécutait le 23 septembre 2011, dans les colonnes du magazine Marianne, – sous le titre, «Tristane, ma meilleure amie »-, la romancière et chroniqueuse (sur Paris Première), Tristane Banon, dont il faut rappeler qu’elle porta plainte contre Dominique Strauss Khan en juillet 2011, expliquant dans les colonnes de l’Express.fr : « Je n’en peux plus d’entendre dire que je suis une menteuse du fait que je ne dépose pas plainte. Depuis huit ans, je porte cette histoire seule… »

 Ce avant que l’affaire en question ne soit classée sans suite par la justice, au mois d’octobre de la même année. Dans son dernier livre, Nicolas Bedos publie cette fameuse chronique, remettant du coup le feu aux poudres…

Car le moins que l’on puisse dire, c’est que neuf ans après qu’elle ait éclaté, cette affaire continue d’obséder certains chroniqueurs. Ainsi de Nicolas Bedos qui, dans le style corrosif qui lui appartient, démarrait son billet en rendant un vibrant hommage à Anne Sinclair. Extrait: «! Non ! Anne n’est pas le modèle désuet de la soumise aux yeux fermés (comme le vocifère ma marraine adorée – Gisèle Halimi- que je préfère en tête-à-tête à déjeuner qu’en tête à claque sur ITélé), bien a contraire, marraine, Anne , c’est l’avenir de nous tous : l’amitié dans l’amour, des « a »minuscules servant de circonflexe au grand « A » du verbe aimer… »

Un feu d’artifice. Soutien à DSK, hommage à son ex-épouse ! L’humoriste en venait, ensuite, à sa cible du jour, Tristane Banon.

Et on pouvait lire:

«L’impresario de Tristane Banon (qui se fait passer pour sa mère) lui souffle un « J’accuse DSK » dont le style juvénile rappelle davantage Anna Gavalda que l’auteur de Germinal. Qu’elle ait été brutalisée ou non par un malade mental (Rocard n’est pas gâteux, Rocard est franc), cette romancière convalescente est moins bonne que Torreton dans le rôle de la victime. J’en profite pour implorer Tristane d’arrêter de me citer dans la presse comme « son meilleur ami ». Du peu que je m’en souvienne (il était tard dans mon whisky), je ne l‘ai croisé qu’une fois, dans une boîte à la mode ringarde, et ce fut un peu court pour parler de symbiose. Elle a juste eu le temps d’évoquer ses projets, qui sont restés muets, la rubrique des faits divers l’empêchant sans doute de squatter les pages cultures. Dommage. Tristane, fragile Tristane, retardataire lacrymale : puisque à te lire nous sommes désormais comme les deux doigts de la main, permets moi de te rappeler que la justice fonctionne. Elle te paraît sans doute trop lente, mais vu les huit années qu’il t‘a fallu pour porter plainte, je t’invite aujourd’hui à davantage de modestie. Conseil de bon copain : euthanasie ta mère et termine ton bouquin…. »

Ces propos ne pouvaient pas ne pas faire réagir l’intéressée, dont nous publions ci-dessous la réplique.

 

« Nicolas Bedos, mon « Meilleur » ennemi

 Cher, très cher Nicolas,

 Sois heureux, satisfait, comblé…ça y’est, je t’ai ENFIN remarqué ! Un an que tu me fais des signes désespérés, un an que tu me chroniques dans Marianne, m’apostrophes chez Ruquier, me dézingues chez Toussaint, tout ça dans le but, tu as fini par l’avouer sur France 2, de m’inviter à déjeuner. Et dire que je ne t’avais pas repéré, même pas calculé, toi qui n’étais pour moi que le fils de ton père. Mais Nicolas, sais-tu qu’il y a des méthodes plus simples que d’aller faire la pute mythomane dans la lucarne pour qu’une fille te remarque ?

J’avoue, quand tu as écrit dans Marianne que je te disais mon « meilleur  ami » à longueur d’interviews, alors que la presse ne m’avais JAMAIS rien demandé à ton sujet (désolée de t’apprendre, cher ennemi, que ton nombril n’est pas le centre de tout), j’avoue que j’aurais du comprendre le message : « Mais vois-moi Tristane, je suis là, lève un tout petit peu les yeux de ton chien pour m’apercevoir qui bave devant toi, la queue basse ». Et non, je ne voyais rien. Je me souvenais vaguement d’un garçon croisé ivre dans un bar à la mode, tu partageais alors la vie d’une brune qui ne pouvait pas être ta mère mais n’avait plus l’âge d’être ta sœur, et tu hurlais qu’elles faisaient « toutes chier à vouloir faire des mioches, ces pétasses de bonnes-femmes ! »

Je ne sais pas, peut-être, chacun en jugera. Alors chez Ruquier tu recommences, m’ordonnes d’euthanasier ma mère (penses-tu qu’elle ferait barrage entre nous ?) et de manger, ce que nous allons faire ensemble, donc. Après avoir dîné avec le père il y a quelques années, ce qui te permit de me dire gérontophile ; je vais donc déjeuner avec le fils. À peu de choses près, il n’est pas impossible que je ne fasse pas la différence.

Face à toi, j’aurais l’impression d’avoir tout à la fois Stéphane Guillon, en moins bon, et Guy Carlier, en moins gros. Sauf qu’aucun n’a ta malhonnêteté intellectuelle, ni ta virtuosité pamphlétaire il est vrai, mais c’est un fait, tu es unique. Car vois-tu, après tant d’appels du pied, j’ai fini par lire ton livre. Avant de partager ta table, c’était la moindre des choses, ne trouves-tu pas ?

Il serait trop long d’énumérer le nombre de mensonges que tu peux cracher sur mon nom, tu te déclares mythomane et toi seul a décidé que ça t’octroyait ce droit de décapiter par les mots, brillamment j’en conviens, ceux qui passent sous ton stylo. Mais du coup, je m’interroge : écris-tu ce que tu crois, ce que tu sais, ce dont tu rêves, ce que tu désires ? Car enfin, le minimum serait de prévenir le lecteur, qu’il sache où il va. J’ai bien compris que tu tuerais ton père pour un bon mot, non content de l’avoir achevé à répétition sur scène ; mais à bientôt 33 ans, l’âge christique, penses-tu parfois aux conséquences de tes conneries si bien écrites ?

Car enfin, s’il est vrai que notre président « Normal » te faisait, il n’y a pas si longtemps, annuler tes PV, comprends bien que ça nous fera voir sa « normalité » sous un angle résolument neuf (à moins que nous décidions tous de lui envoyer nos contraventions avec une recommandation de ta part) ! Que Julien Hollande te dise réellement que personne ne peut encadrer Valérie Trierweiler autour de lui, ou que tu l’inventes, ne revient pas tout à fait au même.

Mais revenons à nous, et puisque tu as l’air de t’en inquiéter, je te rassure, je mange autant que tu sniffes, c’est dire si je suis plutôt loin de l’anorexie. Déjeunons puisque tu le souhaites, mais alors sois chic, choisis-nous au moins une bonne adresse ! »

Source :  le blog de l’Express, Article de Renaud Revel

BB Crème Erborian : Mon Test

Jusqu’ici, j’étais une accro au fond de teint, de la marque Lancôme notamment. Le mois dernier, j’ai décidé de tester la BB Crème en commençant par deux échantillons récupérés en parfumerie : Celle d’Estée Lauder et celle de Clinique. La première m’a vraiment déçue car elle s’adaptait mal à mon teint et la texture était beaucoup trop épaisse. La seconde m’a moyennement plu, son seul défaut étant de taille : une texture impossible à travailler, comme si elle « séchait » instantanément. Cependant, j’ai été séduite par le concept de la « Blemish Balm » cream (Littéralement : Crème anti-défaut et non « bébé » contrairement à ce qu’on peut penser) et j’ai finalement acheté LA référence :  La BB Crème au Ginseng de chez Erborian

Conditionnement: Tube 45ml

Prix: 32 € chez mon esthéticienne / même prix chez sephora

Application: Le matin après la crème de jour et avant le maquillage.

Texture: Douce, facile à appliquer car proche de la texture d’une crème hydratante.

Utilisation: Je l’applique avec les doigts. Une petite dose pour le haut du visage, une petite dose pour le bas. Elle est facile à « travailler » et à étaler de manière uniforme.

Parfum: Léger mais agréable.

Le +: La formule « dorée ». Elle offre vraiment un teint unifié, bonne mine. J’ai même oublié d’appliquer ma poudre libre (geste automatique du matin pourtant!)

Le –: Le prix. Assez cher je trouve. Presque autant qu’un fond de teint en parfumerie.

Ma note: 8/10  Je suis plutôt convaincue après cette première semaine d’utilisation. Le vrai verdict tombera le jour où le tube sera vide : Si je reprends cette même BB Cream, le 8/10 se transformera en 10/10.

Les 10 commandements d’une Baby Shower réussie

Baby Shower

Mon défi du mois de juillet : Organiser une Baby Shower pour mon amie enceinte d’une petite fille. Vivant en Bretagne et n’ayant pas d’enfant, le challenge était immense.  D’une part, les bretons ignorent totalement ce qu’est une Baby Shower : « une baby-quoi??? » , et d’autre part, se mettre dans la peau d’une future maman quand personnellement on n’a pas d’enfant, c’est chaud! Pour celles qui ne connaissent pas le principe, le but est de se retrouver lors d’un après-midi « goûter » entre copines autour de la future maman, pour célébrer sa grossesse et la naissance à venir (bah oui, on ne va pas embarquer une fille enceinte de 6 mois en boîte jusqu’à 4h du mat’ !). Malgré un parcours semé d’embûches, le résultat était une vraie réussite (ce n’est pas moi qui le dit, c’est la future maman!).

1 – Tu Exposeras l’idée à la Reine de la journée

Le coup de la « surprise » a été envisagé mais risqué. J’ai choisi de lui exposer franchement le projet et de voir sa réaction avant toute démarche. Après lui avoir expliqué en quoi consiste une BS (dans les grandes lignes afin de ne pas tout dévoiler), elle était emballée par cette idée. Une date a été fixée (un samedi après-midi), le lieu défini (chez elle pour plus de confort) et la liste des personnes qu’elle souhaitait avoir autour d’elle pour cette occasion (exclusivement des filles, of course!).

2 – Tu t’Occuperas des invitations

J’ai envoyé une invitation par email avec de jolis motifs en rubans en fond (histoire de donner le ton) à toutes les personnes conviées. Cet email décrivait une BS et le déroulé de la journée : Pas question de laisser la future maman organiser quoique ce soit. Elle nous recevait chez elle mais chacune devait apporter sa contribution (gâteaux, boissons, bonbons…). Les numéros de téléphone ont été échangés pour les réglages de dernière minute (et il y en a eu!)

3 – Tu Créeras l’événement

J’ai créé un « Evénement » privé sur Facebook où seules les convives étaient invitées à rejoindre la page. Cela a permis d’échanger très facilement sur « qui apporte quoi ». Vraiment très pratique pour troquer des idées. Bien sûr, la future maman n’avait pas connaissance de cette page, héhéhé…

4 – Tu Planifieras tes tâches

Toi lectrice qui veut organiser une BS, saches que tu feras pratiquement tout! La déco, les animations, les idées menus, l’ambiance, les réglages, une vraie chef d’orchestre! … Mieux vaut s’organiser et bien planifier. Pour ma part, j’ai établi une liste de mes tâches en précisant les achats que je devais prévoir pour ne pas être dépassée par les évènements. J’ai réparti ces tâches sur toute la semaine qui précédait le jour J en commençant par la conception de la déco et en finissant par la pâtisserie.

5 – Tu Concevras la déco (photo ci-dessus)

La BS de déroulait au mois de juillet, ce qui m’a permis de l’organiser sur la terrasse. J’avais une idée très précise de ce que je voulais offrir à mon amie (déco rose, it’s a giiiiiiirl!). Afin de limiter les dépenses et de personnaliser au maximum l’ambiance, j’ai pratiquement tout fabriqué avec mes petites mains. Pour la déco j’ai réalisé des pompons en papier de soie rose foncé et rose clair (on les voit sur la photo) de différentes tailles, installés un peu partout en hauteur. Pour la guirlande, une bobine de raffia rose et des serviettes en papier décorées m’ont permis d’obtenir un résultat très « bohème ». Pour la table, nappe et serviettes roses bien sûr. Des fleurs sont indispensables : j’ai donc demandé à ma maman de couper une grosse tête rose de son hortensia pour le jour J. Pour le centre de table, le fameux « diaper-cake » (littéralement : gâteau de couches) fait maison! Il s’agit d’une pièce montée de couches qui permet de décorer la table et d’y déposer les petits cadeaux (tétines, thermomètre de bain, ciseaux à bouts ronds…). Au fur et à mesure que les invitées arrivent, la table est de plus en plus décorée dans le thème défini. Par exemple, sur la photo on aperçoit des sucettes de bonbons apportées pas une des convives.

6 – Tu Prépareras les animations

Il est impossible d’envisager l’organisation d’une BS sans préparer d’animation. Pour ma part voici ce qui a été prévu : j’ai demandé aux filles d’apporter une photo d’elle, bébé. Mises sous enveloppe, la future maman devait deviner « qui est qui ». Très …étonnant! J’ai également apporté un mètre de couturière afin que les invitées devinent le tour de ventre. Elles n’ont pas été tendre avec notre amie, on endentait des « 140! » « 145! » fuser (résultat 99cm!!!). L’après midi a été parsemée de différents quizz « grossesse-bébé » qui tournaient d’invitée en invitée. Cela nous a permis de bien rigoler mais aussi d’échanger sur plusieurs sujets. J’ai apporté des crayons pour tissus afin de personnaliser de la layette neutre pour le bébé. En fond musical, des disques de Norah Jones ont souligné l’hyper-féminité de cette journée.

7 – Tu te Mettras aux fourneaux 

Chacune a apporté sa contribution au goûter. Au menu, nous avions donc : des meringues à la framboise, des cups-cakes framboise-chocolat, un cheesecake rose, des colliers de bonbons personnalisés pour chaque invitée, des smoothies à la fraise, des sirops aux fruits rouges, et du champagne. Je n’ai qu’une chose à dire : slurp!

8 – Tu t’Occuperas du bon déroulement de la journée

Appeler les amies pour les derniers raccords, planifier l’installation de la déco, virer les garçons qui traînent dans la maison, mettre au frais les gâteaux, mettre de la musique quand le disque est fini, dégainer un quizz quand l’ambiance s’essouffle, vérifier que rien ne manque… Bref, une foultitude de petits détails qui changent tout!

9 – Tu Veilleras sur la future maman

Eh oui, car c’est elle la princesse aujourd’hui et elle ne doit pratiquement pas bouger le petit doigt. Le stress, c’est pas pour elle au contraire. Elle doit être chouchoutée par ses amies, manger et boire de bonnes choses, rire et profiter. Un petit cadeau à chaque bonne réponse à un jeu permet de la voir radieuse. Il faut aussi surveiller les mamans qui pourraient accaparer l’attention avec leur expérience personnelle. Le but est d’échanger avec notre amie enceinte et non de lui voler la vedette!

10 – Tu Profiteras de la journée

C’est notre amie et sa nouvelle vie qui l’attend que l’on célèbre donc malgré la pression qu’on se met à vouloir faire de cette journée un moment exceptionnel, s’arrêter un instant pour voir sa coupine si heureuse d’être entourée de ses proches n’a pas de prix.

La journée s’est terminée vers 19h, dans l’herbe à papoter et échanger sur tous les sujets qui entourent les parents, la grossesse, les bébés. Les mamans ont pu raconter et les autres écouter, prendre conseil. Une belle journée sous le soleil breton qui a ravi notre amie. Même si l’organisation d’une Baby Shower est un peu stressante, le bonheur de faire plaisir et de se retrouver entre amies en vaut vraiment la peine.

En attendant l’été, 10 modèles de sandales à moins de 50 €

A cet instant précis, il pleut des cordes et le vent souffle fort. Mais hors de question de se laisser abattre, l’été revient (et le plus vite sera le mieux!)

Quoi de mieux pour se plonger l’esprit dans le summertime que de choisir sa prochaine paire de sandales ?

Voici une sélection fraîche et colorée à moins de 50 € en écoutant Sébastien Tellier – Roche

Sandale bicolore (existe en 2 autres teintes) – 39,95€ http://www.zara.com

Escarpin corail texture serpent – 49,99€ http://www.shop.mango.com

Sandale vernie jaune – 22,99€ http://www.newlook.com

Sandale orange (existe en 2 autres teintes) – 39,95€ http://www.zara.com

Nu-pied laçage cheville – 39€ http://www.andre.fr

Sandale menthe (existe en 6 coloris) – 34,99€ http://www.laredoute.fr

Sandale compensée rouge (existe en vert) – 45€ http://www.bata.fr

Sandale chair  (existe en 4 coloris) – 49,90€ http://www.sanmarina.fr

Espadrille compensée blanche – 24€ Anna Field chez http://www.zalando.fr

Sandale Grise (existe en noire) – 39,95€ http://www.zara.com

Bienvenue !

3O ans, l’esprit rempli d’idées et d’envies.

Le blog De La Jugeote a pour objectif de partager et d’échanger sur les thèmes qui influence et nourrissent ma vie de femme.


Vous y trouverez mes articles, découvertes, envies et coups de coeurs. Tous les sujets qui m’interpellent et me passionnent sont à votre disposition pour lectures et commentaires.

Culture, Mode, Beauté, Médias, Photos, Conseils, Déco, Politique, Tricot, Bons plans, Détente …Rien ne manque!

Nous avons de la jugeote et nous en sommes fières !

Bonne visite ♡