Tagué: Drôle

Des mugs à l’effigie de François Hollande commercialisés avec son accord

Jeune chef d’entreprise de Peyrignac (Dordogne), Jean-Charles Granchamp propose des produits à l’effigie de François Hollande. Dont un mug signé de la main du président de la République.

Jusqu’ici, Pom Com’ 24 (basée à Peyrignac, en Dordogne) ne fournissait que les clubs sportifs en mugs publicitaires (le XV de France, le CA Brive Corrèze…).

Mais peu après le débat télévisé qui a opposé François Hollande à Nicolas Sarkozy pendant la campagne présidentielle, le dirigeant de l’entreprise, Jean-Charles Granchamp s’est mis à imaginer une caricature de celui qui sera élu peu après, avec sa phrase désormais célèbre « Moi, président ».

Lire la suite sur lamontagne.fr

Ressemblance de Stars : Mon Top 10

Voici quelques paires de peoples (mauvais jeu de mot ? vraiment ?) qui, selon moi, ont par nature ou par culture, une ressemblance frappante. Et vous qu’en pensez-vous ?

1 – Mickeal Keaton et Julien Lepers

En plus d’être bluffante, leur ressemblance est drôle. Comparer le présentateur de Question pour un Champion à l’un des acteurs fétiches de Tim Burton (Batman, Batman le Défi, Beetle Juice…), ça fait un peu bizarre quand même!

2 – Zooey Deschanel et Katy Perry

Même coupe, même minois de petite fille nunuche. Zooey est une actrice de 32 ans et  Katy une chanteuse popstar acidulée de 28 ans. Avec leur air « On des gentilles petites filles, hihihi, on aime bien les sucettes, mais on est aussi des coquinettes, hihihi! » on ne peut que les confondre (et avoir envie de les baffer).

3 – Benicio Del Toro et Benjamin Biolay

Le premier est un immeeeeeense acteur américain d’origine porto-ricaine. Il est « Franky 4 doigts » dans Snatch, DrGonzo dans Las Vegas Parano, le flic droit dans ses bottes Javier Rodriguez (« y Rodriguez » pour ceux qui connaissent bien le film 🙂 ) dans Traffic, le Ché et il est actuellement à l’affiche dans le dernier film d’Oliver Stone Savages. Bref, la méga classe à donf!  Le second est un grand auteur, compositeur, interprète français, l’un des plus doués de sa génération. Vous ne serez peut-être pas d’accord mais, je trouve que ces deux là se ressemblent beaucoup. Et ils ont tous les deux un point commun qui illustre parfaitement leur ressemblance physique : une ex! En effet, l’actrice Chiara Mastroianni a entretenu une relation avec le ténébreux Benicio, avant de se marier avec Biolay.

4 – Fergie et Ellen Pompeo

Malgré leur grande différence de « style », on ne peut nier une similitude de leurs traits. Il suffit de comparer leurs photos pour constater que Fergie, la chanteuse des Blacks Eyed Peas est la version « pute » (ou « pouffe ») de la sage Dr. Grey. Eh ouais!

5 – François Cluzet et Dustin Hoffman

L’opposition de ces deux photos est incroyable, bien qu’ils ne soient pas de la même génération, ces deux grands acteurs pourraient passer pour un père et son fils voire, deux frères.

6 – Julia Roberts et Lana Del Rey

Voici une ressemblance plus que cultivée! Car Lizzy Grant aka Lana Del Rey n’a (à la base) aucune similitude physique avec Julia Roberts. Mais plus je la vois se métamorphoser au fil des semaines, plus il me parait clair qu’elle cherche à obtenir le même visage que l’actrice américaine. Adepte du bistouri, elle s’est fait tailler le même nez, gonfler la même bouche immense, colorer les cheveux avec le même roux, coiffer avec les mêmes ondulations. Lana de la Raie déclare avoir « toujours voulu travailler dans le cinéma », et on sait désormais qui est son idole. Ceci dit, je préfère l’originale au charme si naturelle à la jeune copie déjà bien botoxée.

7 – Jeffrey Dean Morgan et Javier Bardem

La première fois que j’ai vu Jeffrey Dean Morgan dans son rôle de Denny Duquette , je me suis dit « Mais que fait le grand et talentueux Javier Bardem dans cette série? ». Je n’ai rien contre Grey’s Anatomy (au contraire, j’aime bien, ça se laisse regarder) mais quand même, ce mec tourne sous la houlette de Woody Allen, les frères Cohen, Terrence Malick, Sam Mendes, Almodovar… Ça m’a trop travaillé, j’ai fini par vérifier « Ouf! c’est pas le même mec ». N’empêche qu’il se ressemble, c’est dingue !!!

8 – Jeff Buckley et James Franco

Jeff Buckley (pour les ignares) est un auteur compositeur interprète américain mort à 31 d’une mystérieuse noyade à 31 ans dans le Mississippi (sont corps a été retrouvé hors de l’eau mais les poumons noyés) .  Il était très talentueux et sa mort soudaine a mystifié le personnage. #LesGens ne connaissent malheureusement que le seul titre qu’il n’a pas lui-même composé, « Hallelujah », une reprise de Leonard Cohen. Quand à James Franco, il est l’acteur « grrrr miaou » du moment. Il joue Harry Osborne dans Spider-Man, Scott Smith le petit ami gay de Sean Penn dans Harvey Milk, Aron Ralston dans 127heures… Leur ressemblance s’est révélée à moi lorsque j’ai entendu dire qu’un biopic allait être réalisé sur la courte vie de Jeff Buckley et que les producteurs cherchaient l’acteur qui pourrait jouer le rôle principal. Il me paraissait évident que James Franco serait parfait : il lui ressemble, il a le côté rock’n’roll indispensable et il est un excellent acteur. Apparemment, j’ai tout faux puisque l’heureux élu serait Reeve Carney, mouais…

9 – Melina Eleni Kanakaredes et Lisa Edelstein

L’une est une »experte » et l’autre est une chef de clinique. Elle ont de grandes similitudes physiques, n’ont qu’un an d’écart et sont toutes les deux des actrices de séries américaines. Je les confond tout les temps, je ne sais jamais qui est qui, comme le dirait Marie-Ange Nardie !

10 – Mark Strong et Andy Garcia

Même topo que pour Denny Duquette, l’autre soir, je regarde Sherlock Holmes quand tout à coup, je vois Lord Blackwood « Andy Garcia!!! » et puis le doute m’habite « Est-ce que c’est vraiment Andy Garcia? ». Parfois je suis sûre et parfois j’en suis incertaine… A la coupure pub, je pique l’Ipad de chouchou et je vérifie sur IMDB : ce n’est pas Andy Garcia, mais un certain Mark Strong qui a notamment joué dans La Taupe avec Gary Oldman. Saisissante ressemblance!

Bonus – Michel Gondry et Caïus Pupus

Bon, Michel, je t’adore, j’adore des clips et tes films, vraiment, je suis ta première fan. Mais à chaque fois que je tombe sur « Les 12 travaux d’Astérix » je ne peux m’empêcher de penser à toi quand je vois Caïus Pupus. Sincèrement, désolée…

Les 10 commandements d’une Baby Shower réussie

Baby Shower

Mon défi du mois de juillet : Organiser une Baby Shower pour mon amie enceinte d’une petite fille. Vivant en Bretagne et n’ayant pas d’enfant, le challenge était immense.  D’une part, les bretons ignorent totalement ce qu’est une Baby Shower : « une baby-quoi??? » , et d’autre part, se mettre dans la peau d’une future maman quand personnellement on n’a pas d’enfant, c’est chaud! Pour celles qui ne connaissent pas le principe, le but est de se retrouver lors d’un après-midi « goûter » entre copines autour de la future maman, pour célébrer sa grossesse et la naissance à venir (bah oui, on ne va pas embarquer une fille enceinte de 6 mois en boîte jusqu’à 4h du mat’ !). Malgré un parcours semé d’embûches, le résultat était une vraie réussite (ce n’est pas moi qui le dit, c’est la future maman!).

1 – Tu Exposeras l’idée à la Reine de la journée

Le coup de la « surprise » a été envisagé mais risqué. J’ai choisi de lui exposer franchement le projet et de voir sa réaction avant toute démarche. Après lui avoir expliqué en quoi consiste une BS (dans les grandes lignes afin de ne pas tout dévoiler), elle était emballée par cette idée. Une date a été fixée (un samedi après-midi), le lieu défini (chez elle pour plus de confort) et la liste des personnes qu’elle souhaitait avoir autour d’elle pour cette occasion (exclusivement des filles, of course!).

2 – Tu t’Occuperas des invitations

J’ai envoyé une invitation par email avec de jolis motifs en rubans en fond (histoire de donner le ton) à toutes les personnes conviées. Cet email décrivait une BS et le déroulé de la journée : Pas question de laisser la future maman organiser quoique ce soit. Elle nous recevait chez elle mais chacune devait apporter sa contribution (gâteaux, boissons, bonbons…). Les numéros de téléphone ont été échangés pour les réglages de dernière minute (et il y en a eu!)

3 – Tu Créeras l’événement

J’ai créé un « Evénement » privé sur Facebook où seules les convives étaient invitées à rejoindre la page. Cela a permis d’échanger très facilement sur « qui apporte quoi ». Vraiment très pratique pour troquer des idées. Bien sûr, la future maman n’avait pas connaissance de cette page, héhéhé…

4 – Tu Planifieras tes tâches

Toi lectrice qui veut organiser une BS, saches que tu feras pratiquement tout! La déco, les animations, les idées menus, l’ambiance, les réglages, une vraie chef d’orchestre! … Mieux vaut s’organiser et bien planifier. Pour ma part, j’ai établi une liste de mes tâches en précisant les achats que je devais prévoir pour ne pas être dépassée par les évènements. J’ai réparti ces tâches sur toute la semaine qui précédait le jour J en commençant par la conception de la déco et en finissant par la pâtisserie.

5 – Tu Concevras la déco (photo ci-dessus)

La BS de déroulait au mois de juillet, ce qui m’a permis de l’organiser sur la terrasse. J’avais une idée très précise de ce que je voulais offrir à mon amie (déco rose, it’s a giiiiiiirl!). Afin de limiter les dépenses et de personnaliser au maximum l’ambiance, j’ai pratiquement tout fabriqué avec mes petites mains. Pour la déco j’ai réalisé des pompons en papier de soie rose foncé et rose clair (on les voit sur la photo) de différentes tailles, installés un peu partout en hauteur. Pour la guirlande, une bobine de raffia rose et des serviettes en papier décorées m’ont permis d’obtenir un résultat très « bohème ». Pour la table, nappe et serviettes roses bien sûr. Des fleurs sont indispensables : j’ai donc demandé à ma maman de couper une grosse tête rose de son hortensia pour le jour J. Pour le centre de table, le fameux « diaper-cake » (littéralement : gâteau de couches) fait maison! Il s’agit d’une pièce montée de couches qui permet de décorer la table et d’y déposer les petits cadeaux (tétines, thermomètre de bain, ciseaux à bouts ronds…). Au fur et à mesure que les invitées arrivent, la table est de plus en plus décorée dans le thème défini. Par exemple, sur la photo on aperçoit des sucettes de bonbons apportées pas une des convives.

6 – Tu Prépareras les animations

Il est impossible d’envisager l’organisation d’une BS sans préparer d’animation. Pour ma part voici ce qui a été prévu : j’ai demandé aux filles d’apporter une photo d’elle, bébé. Mises sous enveloppe, la future maman devait deviner « qui est qui ». Très …étonnant! J’ai également apporté un mètre de couturière afin que les invitées devinent le tour de ventre. Elles n’ont pas été tendre avec notre amie, on endentait des « 140! » « 145! » fuser (résultat 99cm!!!). L’après midi a été parsemée de différents quizz « grossesse-bébé » qui tournaient d’invitée en invitée. Cela nous a permis de bien rigoler mais aussi d’échanger sur plusieurs sujets. J’ai apporté des crayons pour tissus afin de personnaliser de la layette neutre pour le bébé. En fond musical, des disques de Norah Jones ont souligné l’hyper-féminité de cette journée.

7 – Tu te Mettras aux fourneaux 

Chacune a apporté sa contribution au goûter. Au menu, nous avions donc : des meringues à la framboise, des cups-cakes framboise-chocolat, un cheesecake rose, des colliers de bonbons personnalisés pour chaque invitée, des smoothies à la fraise, des sirops aux fruits rouges, et du champagne. Je n’ai qu’une chose à dire : slurp!

8 – Tu t’Occuperas du bon déroulement de la journée

Appeler les amies pour les derniers raccords, planifier l’installation de la déco, virer les garçons qui traînent dans la maison, mettre au frais les gâteaux, mettre de la musique quand le disque est fini, dégainer un quizz quand l’ambiance s’essouffle, vérifier que rien ne manque… Bref, une foultitude de petits détails qui changent tout!

9 – Tu Veilleras sur la future maman

Eh oui, car c’est elle la princesse aujourd’hui et elle ne doit pratiquement pas bouger le petit doigt. Le stress, c’est pas pour elle au contraire. Elle doit être chouchoutée par ses amies, manger et boire de bonnes choses, rire et profiter. Un petit cadeau à chaque bonne réponse à un jeu permet de la voir radieuse. Il faut aussi surveiller les mamans qui pourraient accaparer l’attention avec leur expérience personnelle. Le but est d’échanger avec notre amie enceinte et non de lui voler la vedette!

10 – Tu Profiteras de la journée

C’est notre amie et sa nouvelle vie qui l’attend que l’on célèbre donc malgré la pression qu’on se met à vouloir faire de cette journée un moment exceptionnel, s’arrêter un instant pour voir sa coupine si heureuse d’être entourée de ses proches n’a pas de prix.

La journée s’est terminée vers 19h, dans l’herbe à papoter et échanger sur tous les sujets qui entourent les parents, la grossesse, les bébés. Les mamans ont pu raconter et les autres écouter, prendre conseil. Une belle journée sous le soleil breton qui a ravi notre amie. Même si l’organisation d’une Baby Shower est un peu stressante, le bonheur de faire plaisir et de se retrouver entre amies en vaut vraiment la peine.

Les 10 personnages qui rendent dingue au volant

Selon les écolos, nous devons tous prendre les transports en communs ou utiliser notre vélo pour nos déplacements quotidiens sous peine d’être taxés de méchants pollueurs. La terre n’a jamais été aussi sale mais ses habitants n’ont jamais autant été donneurs de leçons. Voici un scoop, dans certaines régions, il n’y a ni métro, ni bus, ni piste cyclable pour nous permettre d’aller au boulot. Donc oui, je prends ma voiture. Bon, je fais du covoiturage mais est-ce suffisant pour éviter le bûcher d’EELV ? Un matin sur deux, je mets le contact et là c’est le drame…

1 – Le concept du clignotant

Bon ça arrive à tout le monde, même aux meilleurs. Une voiture qui vous double sur la quatre-voie sans clignotant, bien sûr, ce n’est pas un drame. Là, il s’agit de ceux qui freinent d’abord et l’enclenchent une fois qu’ils prennent leur virage (!!). Je parle de ceux qui le mettent à gauche pour tourner… à droite. De ceux qui ne le mettent jamais. De ceux qui roulent pendant une demi-heure avec leurs warnings (??). La gestion du clignotant dans un rond-point est également incroyable mais elle sera traitée dans une partie spécifique.

2 – Le concept du motard

On ne le voit qu’aux beaux jours et les jours fériés. Le motard se prend pour un mi-dieu, ou au moins pour un être largement au-dessus de l’automobiliste. Il chevauche sa bécane, il la possède, il aime l’asphalte et l’asphalte l’aime. Nous on des des connards, des nazes. Lui, il sait rouler, il sait conduire, parce qu’il est programmé pour ça. D’ailleurs, il se sent comme un acteur de blockbuster dans lequel il tiendrait le rôle principal, celui du gentil. Ils nous considèrent comme des pauvres incapables à quatre roues. Les motards forment une sorte de communauté, ils se font des « coucous » quand ils se croisent car ils s’aiment et se respectent entre eux. Ils ont un code d’honneur car ils se considèrent comme des gentlemen à deux roues. Essayez donc de faire des signes de ralliement à toutes les Twingos que vous croisez. Pour l’avoir testé, les Twingos n’ont aucune solidarité entre elles. Par conséquent, lorsque vous voyez un motard qui arrive dans votre rétro, surtout laissez-le passer ! Quitte à terminer dans le fossé ou tuer le gentil cycliste qui roule sur votre droite, c’est pas grave, le roi doit pouvoir passer sur votre gauche (sans clignotant bien sûûûûûr) et sans avoir à toucher la ligne continue (dans ce cas nous sommes d’accord pour dire qu’il n’est pas censé doubler quoique ce soit, même un tracteur). Si vous abdiquez rapidement et sans broncher, il vous gratifiera d’un petit mouvement de pied. N’en attendez pas plus, c’est tout ce qu’il a à vous donner, le roi motard. A la moindre résistance de votre part ou s’il sent chez vous de la mauvaise volonté, vous risquez le doigt d’honneur, voire le fameux coup de pied dans la portière. Attention, le motard se fait justice lui même, et il n’enfourche pas sa motocyclette pour rigoler.

3 – Le concept du chauffard

Un classique. Le chauffard s’en fout de tout et de tout le monde. Il a mis le paquet (les mensualités de son crédit auto sont plus élevées que son loyer) pour se payer une voiture qui a quelques bourrins de plus que la moyenne alors il a pas de temps à perdre avec vous. S’il veut passer, bah vous dégagez et fissa. Illustration: Il fait beau, la route est belle, la circulation fluide. Vous doublez tranquillement un camion en sifflotant « La Bohème » d’Aznavour. Un coup d’oeil dans le rétro, rien, puis un autre et là … une Golf GTI, modèle récent est à vos trousses, pleins phares et son conducteur gesticule dans tous les sens. Soit il a rendez-vous à l’Elysée et il est super en retard (surtout qu’il roue vers Brest), soit il a très envie d’aller aux cabinets, n’a plus de PQ de secours et ne va pas tarder à faire un malaise. En tous cas, il est pénible et agressif. Comportement à adopter : ralentir de 5 km/h (ça suffit amplement, promis) et mettre beaucoup, mais alors, beaucoup de temps à se rabattre sur la voie de droite et afficher un sourire béa.

4 – Le concept du macho

Alors lui ce n’est pas compliqué. Il suffit de vivre dans la peau d’une femme pendant une journée pour comprendre. Le macho part du principe que les femmes sont des incapables au volant, des dangers ambulants. Et il ne se prive pas pour vous le faire savoir. La main placé au sommet de son volant, il scrute les conductrices, trouve sa cible et surveille la moindre faute. Quand l’erreur fatale arrive, il explose dans sa voiture en refaisant la liste des tâches ménagères auxquelles la femelle devrait se cantonner. Quand à lui, il peut enchainer 14 infractions au code de la route en dix minutes sans jamais se remettre en question. Lorsque l’on tombe sur un macho, on rêve de se garer au frein à main, de se transformer en Iron Man avant de sortir de son véhicule pour lui demander « C’est quoi ton problème ? Tu veux qu’on en parle, ducon? »

5 – Le concept de l’escargot

Nous sommes tentés de croire qu’il est fatalement vieux mais même s’il y a quelques escargots argentés, ils ne constituent pas la majorité. Contrairement au chauffard, l’escargot n’est pas du tout pressé. Il roule doucement, trèèèèès doucement. Il n’est pas pour autant bon conducteur. Il roule juste doucement. L’escargot est pépère à 90 km/h sur une nationale limitée à 110. Il se fait doubler par les poids lourds mais ça ne lui fait ni chaud ni froid. Sa vitesse de croisière en ville est de 25 km/h ni plus ni moins, donc même à hauteur d’un feu orange bien mûr, il passe sans même envisager de s’arrêter. Il arrive de ne pas en vouloir à un escargot à la vue de son petit sticker rond Conduite Accompagnée : « Ok! Pas grave, c’est Kévin, le petit dernier et il est juste un peu flippé, on est tous passé par là » . Mais en le doublant, compréhensif, on se rend compte que c’est Jean-Louis, le père de Kévin qui est au volant. « Oh punaise! C’est ce mec là qui éduque Kévin et qui lui apprend à conduire?? ». La réponse est « oui », papa escargot fait des bébés escargots.

6 – Le concept du vieux

Quand je pense au vieux, j’imagine toujours la même scène : carambolage géant sur la route et papy qui s’éloigne au loin, naïf et innocent. Rouler sur la même route que lui nécessite un redoublement de vigilance. Car le vieux ne capte RIEN! Il veut aller d’un point A à un point B et ne connait qu’un itinéraire que rien ne pourra l’en détourner. Il est capable de tout. Sous ses airs calmes et derrière ses cheveux blancs se cache un véritable délinquant de la route. Aucune loi ne peut l’empêcher de vous donner les pires frayeurs de votre vie. Il sait prendre l’autoroute à contresens avec angélisme, il est capable de piler dans un rond-point avec sérénité, il peut doubler peinard pendant que vous êtes vous-même entrain de le doubler… Son bien-être est du à sa capacité énorme d’occulter les déchainements qu’il provoque. Entre classe et incrédulité, le vieux sévit chaque jour. Et le vieillissement de la population fait frémir…

7 – Le concept de l’arrogant

L’arrogant a une spécialité : « Si tu me doubles, j’accélère ». Il ne supporte pas qu’on puisse le doubler. En mode régulateur de vitesse bloqué à 114 km/h sur la quatre voies, vous arrivez rapidement à sa hauteur. Vous vous demandez même s’il n’est pas à 70. Quand tout à coup, il vous voit dans sont rétro et lorsque vous arrivez à sa hauteur, il vous lance un regard qui en dit long: « C’est moi que tu doubles? C’est MOI que tu doubles ? » Il est à la frontière d’une imitation de Robert De Niro. Sa réaction ne se fait pas attendre, il appuie sur le champignon et s’éloigne. Vous, toujours à 114 km/h mais seul, sur la voie de gauche. Vous avez l’air d’un con et les autres automobilistes se foutent un peu de votre gueule. A leur place, vous feriez pareil, avouez.

8 – Le concept du rond point

Il est de plus en plus courant d’être confronté aux situations qui vont être décrites, car les ronds points poussent comme des champignons en automne. Il y a ceux qui râclent tout l’extérieur du rond point pour prendre la dernière sortie, ceux qui prennent la voie centrale pour aller tout droit, ou même à droite, ceux qui pilent en plein milieu pour laisser passer les voitures soumises à un ceder-le-passage, ceux qui respectent le fameux ceder-le-passage mais après le panneau, ceux qui s’arrête bien au panneau mais ne se lancent jamais, ceux qui ne mettent aucun clignotant pour laisser le mystère planer… Sans mauvais jeu de mots, certains utilisateurs de ronds points ne tournes pas rond ! Bon ok c’est nul.

9 – Le concept du papa

Les femmes et les jeunes en sont les principales victimes. Le papa est un prof ou un flic raté. Il se sait pédagogue et patient. Il a un côté « donneur de leçons qui s’ignore » exaspérant. Il est champion de la délation et détient la vérité. Sa C5 est toujours nickel chrome car il la nettoie chaque dimanche matin. Lorsque qu’il promène bobonne (qui n’a pas touché un volant depuis son mariage il y a 25 ans) il se transforme en proviseur de collège et distribue des mauvais points. A la moindre erreur de votre part, le papa cherche votre regard pour vous montrer à l’aide de ses sourcils froncés, que : « ce n’est pas bien ce que tu viens de faire mon petit ». Ce qu’il considère comme une énorme bourde vous permettra de le voir secouer la main près de sa joue : « Si tu vivais à la maison avec moi, tu prendrais une bonne fessée, pas vrai bobonne? ». Ce qu’il peut inspirer ? Ni une envie soudaine d’effectuer un stage de conduite, ni un désir de se confesser afin de devenir meilleur : « Je veux que tu sois fier de moi papa« . Non rien de tout ça. Il donne surtout envie de mettre Marilyn Manson à fond et de baisser sa vitre pour lui proposer un plan un trois avec bobonne.

10 – Le concept de l’emmerdeur

Ah l’emmerdeur! Je l’adore. Il est tellement penible qu’il anime la journée la plus monotone. Il na pas d’âge, pas de visage, pas de sexe, il est partout. Il existe une quantité astronomique d’exemples le concernant: L’emmerdeur vous colle pour vous empêcher de faire votre créneau, il prépare le dépassement d’un camion 5 km avant, il prend sa priorité à droite sans regarder à gauche, pas même un coup d’oeil (ben oui c’est SA priorité), il est même prêt à vous rouler dessus quand il est dans son bon droit. Il vous pique votre place de parking sans scrupules, il se gare sur deux places sans complexes, il rêvasse au feu vert et démarre à l’orange, vous laissant derrière, seul avec votre fureur, il commence à doubler dès qu’il vous voit arriver dans son rétro, il freine avant la bretelle de sortie, il s’arrête au stop mais sa voiture dépasse tellement de la ligne blanche que vous êtes obligé de le laisser passer, il stagne sur la voie du milieu de l’autoroute, il a plein de choses passionnantes à raconter au pompiste ou au péagiste… en résumé l’emmerdeur a pour unique but de vous pourrir la vie.