Tagué: Filles

On parle de Lorient dans le New York Times!

Follow the Leader, to Extremes

‘17 Girls,’ Directed by Delphine and Muriel Coulin


Jerome Prebois/Strand Releasing

From left, Esther Garrel, Roxane Duran, Louise Grinberg and Juliette Darche in the film “17 Girls,” based on real events.

By 

There is no underestimating the intensity of teenage peer pressure when a queen bee has a crazy idea. In Delphine and Muriel Coulin’s “17 Girls,” Camille (Louise Grinberg), the imperious alpha girl in her high school class, becomes pregnant. Encouraged by Camille, her female classmates follow suit.

This French film, based on real events that took place in Gloucester, Mass., in 2008, has been relocated to Lorient, a shabby port city on the Brittany coast and the hometown of the filmmakers, who are sisters. The movie takes you inside the dreamy collective mentality of bored, mildly rebellious girls who look with horror at the lives of their mostly working-class parents. A core group makes a pact to have babies simultaneously and bring up their children together. The inner circle widens, and in short order 17 girls are pregnant.

One is so desperate to belong that she volunteers to pay a boy 50 euros (about $65) to impregnate her. Another fakes pregnancy by stuffing her shirt with a pillow and is exiled when her ruse is discovered. As the girls’ bellies swell, the camera follows them to ultrasound scans and birthing classes. As for the boys, most hover in the background, appearing only long enough to serve their purpose.

Wavering between light comedy and drama with wonderfully natural performances, “17 Girls” doesn’t judge anyone’s behavior. In scenes of a faculty meeting and of a principal addressing irate parents, befuddlement reigns. There is talk of distributing birth-control pills and of setting up a condom dispensary. In one scene the students, shown a close-up film of an actual birth, avert their eyes and make retching noises.

“17 Girls” eventually shows a few of the hazards its dreamers have failed to anticipate, but even then its cautionary tone remains soft. Although the movie fades into a narrative murk, it excels at evoking the balance between child and grown-up in these partly unformed women, whose bravado compensates for all they lack in knowledge and experience. Their determination forms an unbreachable wall between them and adult authority.

As a voice-over late in the movie reminds us, “At 17, you’re bursting with wild energy, and nothing can stop you.”

17 Girls

Opens on Friday in Manhattan.

Written and directed by Delphine and Muriel Coulin; director of photography, Jean-Louis Vialard; edited by Guy Lecorne; set design by Benoît Pfauwadel; costumes by Dorothée Guiraud; produced by Denis Freyd; released by Strand Releasing. At the Lincoln Plaza, Broadway and 62nd Street. In French, with English subtitles. Running time: 1 hour 30 minutes. This film is not rated.

WITH: Louise Grinberg (Camille), Juliette Darche (Julia), Roxane Duran (Florence), Esther Garrel (Flavie), Yara Pilartz (Clémentine), Solène Rigot (Mathilde), Noémie Lvovsky (School Nurse), Florence Thomassin (Camille’s mother), Carlo Brandt (Head of the School), Frédéric Noaille (Florian) and Arthur Verret (Tom).

Article original publié le 20 sept dans le New York Times

BB Crème Erborian : Mon Test

Jusqu’ici, j’étais une accro au fond de teint, de la marque Lancôme notamment. Le mois dernier, j’ai décidé de tester la BB Crème en commençant par deux échantillons récupérés en parfumerie : Celle d’Estée Lauder et celle de Clinique. La première m’a vraiment déçue car elle s’adaptait mal à mon teint et la texture était beaucoup trop épaisse. La seconde m’a moyennement plu, son seul défaut étant de taille : une texture impossible à travailler, comme si elle « séchait » instantanément. Cependant, j’ai été séduite par le concept de la « Blemish Balm » cream (Littéralement : Crème anti-défaut et non « bébé » contrairement à ce qu’on peut penser) et j’ai finalement acheté LA référence :  La BB Crème au Ginseng de chez Erborian

Conditionnement: Tube 45ml

Prix: 32 € chez mon esthéticienne / même prix chez sephora

Application: Le matin après la crème de jour et avant le maquillage.

Texture: Douce, facile à appliquer car proche de la texture d’une crème hydratante.

Utilisation: Je l’applique avec les doigts. Une petite dose pour le haut du visage, une petite dose pour le bas. Elle est facile à « travailler » et à étaler de manière uniforme.

Parfum: Léger mais agréable.

Le +: La formule « dorée ». Elle offre vraiment un teint unifié, bonne mine. J’ai même oublié d’appliquer ma poudre libre (geste automatique du matin pourtant!)

Le –: Le prix. Assez cher je trouve. Presque autant qu’un fond de teint en parfumerie.

Ma note: 8/10  Je suis plutôt convaincue après cette première semaine d’utilisation. Le vrai verdict tombera le jour où le tube sera vide : Si je reprends cette même BB Cream, le 8/10 se transformera en 10/10.

Lou Doillon est-elle stupide ?

Elle est fille de Jane Birkin, actrice et désormais chanteuse. La fausse Charlotte Gainsbourg au regard de poisson mort a sorti un album où elle tire la tronche sur la pochette, pousse la chansonnette en anglais et fait des jeux de mots de ouf (I.C.U. … pffff!). Parmi tous les articles de presse qui encensent ses prouesses vocales,  je tombe avec bonheur sur ce tumblr : loudoillonadit qui rassemble d’innombrables perles. Attention c’est du lourd !

« J’aurais adoré être médecin légiste, mais quand j’ai compris qu’il fallait faire autant d’études, j’ai dit OK, je vais être actrice. »

« Ça m’a toujours fait marrer, les trous de mites. »

« Mon père est toujours à dire “je ne sais pas ce que je porte”, mais c’est toujours du Yohji, du Dries, etc, donc Y A PAS DE SOU-CI, ahah! »

« Étienne Daho a tout de suite été très ému par ma musique. »

« Ma première cuite ? J’avais 13 ans et demi, mais bon, j’habitais dans les Caraïbes. »

« J’ai un recul fou. A 30 ans, j’ai déjà été mégahype, mégabankable, puis out, rehype, antihype, la lose, rehype. Mon dieu, s’il fallait s’en tenir à ça. »

« Je suis une “character actor” comme diraient les américains. »

« J’ai toujours été du genre à appeler le Samu quand quelqu’un
faisait une overdose ou un bad trip. »

Et il y en a encore à la pelle! Je vous conseille vivement la lecture de ce tumblr ne serait-ce que pour les petits commentaires qui accompagnent ces citations. Et pour répondre à ma question initiale, oui.

–> loudoillonadit <–

Les 10 commandements d’une Baby Shower réussie

Baby Shower

Mon défi du mois de juillet : Organiser une Baby Shower pour mon amie enceinte d’une petite fille. Vivant en Bretagne et n’ayant pas d’enfant, le challenge était immense.  D’une part, les bretons ignorent totalement ce qu’est une Baby Shower : « une baby-quoi??? » , et d’autre part, se mettre dans la peau d’une future maman quand personnellement on n’a pas d’enfant, c’est chaud! Pour celles qui ne connaissent pas le principe, le but est de se retrouver lors d’un après-midi « goûter » entre copines autour de la future maman, pour célébrer sa grossesse et la naissance à venir (bah oui, on ne va pas embarquer une fille enceinte de 6 mois en boîte jusqu’à 4h du mat’ !). Malgré un parcours semé d’embûches, le résultat était une vraie réussite (ce n’est pas moi qui le dit, c’est la future maman!).

1 – Tu Exposeras l’idée à la Reine de la journée

Le coup de la « surprise » a été envisagé mais risqué. J’ai choisi de lui exposer franchement le projet et de voir sa réaction avant toute démarche. Après lui avoir expliqué en quoi consiste une BS (dans les grandes lignes afin de ne pas tout dévoiler), elle était emballée par cette idée. Une date a été fixée (un samedi après-midi), le lieu défini (chez elle pour plus de confort) et la liste des personnes qu’elle souhaitait avoir autour d’elle pour cette occasion (exclusivement des filles, of course!).

2 – Tu t’Occuperas des invitations

J’ai envoyé une invitation par email avec de jolis motifs en rubans en fond (histoire de donner le ton) à toutes les personnes conviées. Cet email décrivait une BS et le déroulé de la journée : Pas question de laisser la future maman organiser quoique ce soit. Elle nous recevait chez elle mais chacune devait apporter sa contribution (gâteaux, boissons, bonbons…). Les numéros de téléphone ont été échangés pour les réglages de dernière minute (et il y en a eu!)

3 – Tu Créeras l’événement

J’ai créé un « Evénement » privé sur Facebook où seules les convives étaient invitées à rejoindre la page. Cela a permis d’échanger très facilement sur « qui apporte quoi ». Vraiment très pratique pour troquer des idées. Bien sûr, la future maman n’avait pas connaissance de cette page, héhéhé…

4 – Tu Planifieras tes tâches

Toi lectrice qui veut organiser une BS, saches que tu feras pratiquement tout! La déco, les animations, les idées menus, l’ambiance, les réglages, une vraie chef d’orchestre! … Mieux vaut s’organiser et bien planifier. Pour ma part, j’ai établi une liste de mes tâches en précisant les achats que je devais prévoir pour ne pas être dépassée par les évènements. J’ai réparti ces tâches sur toute la semaine qui précédait le jour J en commençant par la conception de la déco et en finissant par la pâtisserie.

5 – Tu Concevras la déco (photo ci-dessus)

La BS de déroulait au mois de juillet, ce qui m’a permis de l’organiser sur la terrasse. J’avais une idée très précise de ce que je voulais offrir à mon amie (déco rose, it’s a giiiiiiirl!). Afin de limiter les dépenses et de personnaliser au maximum l’ambiance, j’ai pratiquement tout fabriqué avec mes petites mains. Pour la déco j’ai réalisé des pompons en papier de soie rose foncé et rose clair (on les voit sur la photo) de différentes tailles, installés un peu partout en hauteur. Pour la guirlande, une bobine de raffia rose et des serviettes en papier décorées m’ont permis d’obtenir un résultat très « bohème ». Pour la table, nappe et serviettes roses bien sûr. Des fleurs sont indispensables : j’ai donc demandé à ma maman de couper une grosse tête rose de son hortensia pour le jour J. Pour le centre de table, le fameux « diaper-cake » (littéralement : gâteau de couches) fait maison! Il s’agit d’une pièce montée de couches qui permet de décorer la table et d’y déposer les petits cadeaux (tétines, thermomètre de bain, ciseaux à bouts ronds…). Au fur et à mesure que les invitées arrivent, la table est de plus en plus décorée dans le thème défini. Par exemple, sur la photo on aperçoit des sucettes de bonbons apportées pas une des convives.

6 – Tu Prépareras les animations

Il est impossible d’envisager l’organisation d’une BS sans préparer d’animation. Pour ma part voici ce qui a été prévu : j’ai demandé aux filles d’apporter une photo d’elle, bébé. Mises sous enveloppe, la future maman devait deviner « qui est qui ». Très …étonnant! J’ai également apporté un mètre de couturière afin que les invitées devinent le tour de ventre. Elles n’ont pas été tendre avec notre amie, on endentait des « 140! » « 145! » fuser (résultat 99cm!!!). L’après midi a été parsemée de différents quizz « grossesse-bébé » qui tournaient d’invitée en invitée. Cela nous a permis de bien rigoler mais aussi d’échanger sur plusieurs sujets. J’ai apporté des crayons pour tissus afin de personnaliser de la layette neutre pour le bébé. En fond musical, des disques de Norah Jones ont souligné l’hyper-féminité de cette journée.

7 – Tu te Mettras aux fourneaux 

Chacune a apporté sa contribution au goûter. Au menu, nous avions donc : des meringues à la framboise, des cups-cakes framboise-chocolat, un cheesecake rose, des colliers de bonbons personnalisés pour chaque invitée, des smoothies à la fraise, des sirops aux fruits rouges, et du champagne. Je n’ai qu’une chose à dire : slurp!

8 – Tu t’Occuperas du bon déroulement de la journée

Appeler les amies pour les derniers raccords, planifier l’installation de la déco, virer les garçons qui traînent dans la maison, mettre au frais les gâteaux, mettre de la musique quand le disque est fini, dégainer un quizz quand l’ambiance s’essouffle, vérifier que rien ne manque… Bref, une foultitude de petits détails qui changent tout!

9 – Tu Veilleras sur la future maman

Eh oui, car c’est elle la princesse aujourd’hui et elle ne doit pratiquement pas bouger le petit doigt. Le stress, c’est pas pour elle au contraire. Elle doit être chouchoutée par ses amies, manger et boire de bonnes choses, rire et profiter. Un petit cadeau à chaque bonne réponse à un jeu permet de la voir radieuse. Il faut aussi surveiller les mamans qui pourraient accaparer l’attention avec leur expérience personnelle. Le but est d’échanger avec notre amie enceinte et non de lui voler la vedette!

10 – Tu Profiteras de la journée

C’est notre amie et sa nouvelle vie qui l’attend que l’on célèbre donc malgré la pression qu’on se met à vouloir faire de cette journée un moment exceptionnel, s’arrêter un instant pour voir sa coupine si heureuse d’être entourée de ses proches n’a pas de prix.

La journée s’est terminée vers 19h, dans l’herbe à papoter et échanger sur tous les sujets qui entourent les parents, la grossesse, les bébés. Les mamans ont pu raconter et les autres écouter, prendre conseil. Une belle journée sous le soleil breton qui a ravi notre amie. Même si l’organisation d’une Baby Shower est un peu stressante, le bonheur de faire plaisir et de se retrouver entre amies en vaut vraiment la peine.

Huile de Douche EUCERIN, Mon Test

Toujours en quête des soins corps pour peaux très sèches, je teste régulièrement des produits para-pharmaceutiques. Pendant des années je me suis lavée au savon de Marseille, persuadée qu’il n’y avait rien de meilleur au monde. Sauf que ma peau extrêmement sèche + savon = Peau de crocodile. Il m’a fallu du temps pour que cette info grimpe vers mon cerveau. Je me suis d’abord tournée vers des pains dermatologiques comme celui sans savon de la marque Vendôme. Ensuite j’ai testé divers gels de douche avec une grande préférence pour le Lipikar de La Roche Posay. Récemment, j’ai voulu essayer l’huile de douche de la même marque à environ 10€ les 200 ml. Là, ma conseillère (eh oui j’ai MA conseillère dans MA para! C’est chic) me dit « Ah mais j’ai beaucoup mieux! Il faut absolument que vous essayiez l’Huile de douche d’Eucerin. » J’ai dit « banco ».

 

Conditionnement: flacon-pompe transparent de 400ml. Hyper pratique sous la douche.

Prix: Environ 15 € en para-pharmacie. Très rentable pour 400ml!

Application: Sous la douche, sur peau mouillée, comme un gel douche classique.

Texture: Gel très huileux à la sortie du flacon. Au contact de la peau mouillée, l’huile devient lactée puis légèrement mousseuse. Elle s’étale très facilement. Extrêmement douce et onctueuse.

Utilisation: Soit à la main, soit avec une éponge naturelle. Il faut en appliquer sur tout le corps puis se masser autant que possible pour profiter au maximum de la douceur du produit. Un vrai moment de plaisir.

Parfum: Très très agréable qui transforme une banale douche en un instant de détente totale.

Le +: Relipidante, elle laisse un film protecteur sur la peau après le rinçage. On peut même se permettre d’oublier de s’hydrater après la douche.

Le –: Aucun. Elle est divine.

Ma note: 10/10 L’essayer, c’est l’adopter. (C’est la première fois que mon homme me pique un gel douche!)

 

Les produits pour cheveux bouclés sont loin d’être les meilleurs

Une fois n’est pas coutume, voici un nouvel article que l’Express a publié et mis en une de sa rubrique Le Club des Bouclées… Pas peu fière !

Plutôt que le dernier shampooing « spécial boucles », la blogueuse LaJugeote préfère opter pour un produit adapté à la nature de ses cheveux châtains, mi-longs à tendance grasse.

[Express Yourself] Comme la plupart d’entre vous, j’ai mis du temps à accepter mes boucles. Pendant toute mon adolescence j’ai cru que de beaux cheveux étaient des cheveux lisses et fins. Mon épaisseur me faisait horreur et je passais mon temps à « tirer » sur mes cheveux soit pour les plaquer en queue de cheval, soit pour leur administrer un sévère brushing. Je suis même devenue une experte du sèche-cheveux. Quand j’ai découvert le pouvoir de mes boucles (oui oui elles ont un pouvoir!) j’ai commencé à les apprivoiser, les dompter pour en faire un atout de charme. Car j’ai sondé plusieurs amis et leur verdict est sans appel: les filles aux cheveux bouclés sont plus sexy, pétillantes et attirantes!

« Le produit culte de René Furterer Complexe 5 est un petit miracle pour des boucles en pleine forme »

Depuis des années, j’ai testé divers produits et astuces pour entretenir et embellir mes boucles tout en tenant compte entièrement de la nature de mes cheveux: ils sont mi-longs, châtains à tendance grasse. Ce que je peux dire de mes différents essais, c’est que les meilleurs produits ne sont pas forcément les spécifiques aux « boucles », bien au contraire. Voici mes astuces et conseils.

En avant-shampooing, j’utilise deux fois par semaine le produit culte de René Furterer: Complexe 5. Véritable engrais pour le cuir chevelu, je l’applique en racine, masse mon crâne et laisse poser sous une serviette chaude. Même après le shampooing, les cheveux sentent les plantes et les huiles essentielles. J’ai beaucoup de compliments depuis que je l’utilise car ma chevelure pousse beaucoup plus vite et plus fort. Un petit miracle pour des boucles en pleine forme

Comme je me lave les cheveux à raison de trois shampooings par semaine au moins, j’ai besoin d’un produit doux et respectueux à usage fréquent. J’ai opté pour le Shampoing Extra-Doux au lait d’avoine de Klorane. Hiver comme été, il me lave parfaitement les cheveux et en douceur (presque pas besoin d’après-shampooing!). Pour mon après-shampooing j’applique le baume démêlant révélateur de Brillance de René Furterer. Pas besoin de laisser poser, démêlage facile et brillance incroyable. Attention l’odeur peut surprendre car il contient du vinaigre. Mais rien de bien méchant.

Après le shampooing et l’après-shampooing, il faut enfermer les cheveux encore trempés dans une serviette

Une fois par semaine, je remplace ce baume par un soin après-shampooing aux pigments naturels fabriqué à la demande et sur mesure par mon coiffeur Yvon Biotteau à Lorient. Nous choisissons ensemble les nuances (châtaigne, caramel…), dix minutes de préparation et voilà, un soin rien que pour moi. Je l’applique généreusement, comme un masque en insistant sur les pointes qui ont tendance à se décolorer plus facilement, je laisse poser cinq minutes et je rince la tête en bas. Mes boucles sont ultra-brillantes et bien nourries.

Un jour Yvon Biotteau m’a dit que pour bien hydrater les cheveux, il faut… de l’eau! L’astuce qu’il m’a confiée est devenue un rituel. Après le shampooing et l’après-shampooing, il faut enfermer les cheveux encore trempés dans une serviette et garder ce turban aussi longtemps que possible de manière à faire pénétrer l’eau dans la fibre autant que possible. Voici comment je procède: je me lave les cheveux le soir en rentrant du boulot, je laisse ma chevelure dans une serviette jusqu’au coucher. Soit pendant trois à quatre heures! Quand je retire la serviette, ils sont pré-séchés et d’une douceur incroyable. Les boucles sont déjà formées, toutes souples. Vraiment, essayer cette astuce, c’est l’adopter.

Avant le séchage, j’applique une pression de l’huile soin Oléo-Relax de Kérastase. J’ai d’ailleurs déjà publié un test de ce merveilleux produit. Et pour finir, je sèche mes cheveux à l’air libre ou au diffuseur pour plus de volume. Mon diffuseur est une antiquité car aujourd’hui il est quasi-impossible d’en trouver un vrai digne de ce nom. On ne trouve plus que des sèches-cheveux trop puissants équipés d’un vulgaire embout. Le vrai diffuseur n’a rien à voir avec cela. C’est un appareil extra-large qui diffuse (normal) un air chaud à faible vitesse. Utilisé la tête en bas, le boucles sont très très bien définies et la crinière est… « grrrr! » L’une d’entre vous connaît peut-être cet appareil magique?

Voilà mes précieux secrets. Jusqu’ici, aucun produit spécifique pour les boucles ne m’a jamais vraiment séduite. Ils m’alourdissent les cheveux et les rendent poisseux. Pour ma part, des cheveux bien propres, des boucles bien définies et brillantes sont possibles grâce à des produits conçus pour la nature de ses cheveux (texture, longueur, couleur, épaisseur…) et surtout intelligemment utilisés.

Article visible sur le site de l’Express par ici : http://www.lexpress.fr/styles/coiffure/les-produits-pour-cheveux-boucles-sont-loin-d-etre-les-meilleurs_1135492.html 

Soin Oléo-Relax de Kérastase pour cheveux secs et rebelles, mon test

Soin Oléo-Relax de Kérastase pour cheveux secs et rebelles, mon test

Voici mon article qui a été publié dans le cadre du Club des Bouclés sur le site http://www.lexpress.fr . Pas peu fière pour mes premiers pas d’apprentie blogueuse.

Notre contributrice LaJugeote a testé cette huile capillaire qui l’a convaincue. Et vous, quelles huiles utilisez-vous sur vos cheveux bouclés?

[Test Produit] Commercialisée depuis des années par Kérastase, cette huile m’a été proposée par mon coiffeur pour faciliter mes brushings. Elle avait, selon lui, le pouvoir de dompter ma chevelure fofolle.

Conditionnement: flacon-pompe transparent de 125ml. Facile à utiliser, une légère pression permet de doser le produit à sa guise.

Prix: 18 € chez un coiffeur ou 17.26 chez hairstore.fr

Texture: proche d’une huile capillaire, légèrement satinée. Elle est très fondante et pénètre bien la fibre. Elle n’est pas très grasse ce qui m’a vraiment agréablement surprise car mes cheveux regraissent très vite et je suis toujours méfiante des soins sans rinçage.

Application: sur cheveux mouillés après essorage et juste avant le séchage ou sur cheveux secs pour texturiser.

Utilisation: pour le brushing, les cheveux se lissent plus facilement et je gagne en brillance. C’est au niveau des mes boucles que le produit m’a séduite. Un jour, je l’ai appliqué sur mes cheveux humides, la tête en bas pour bien les froisser, avant de les laisser sécher naturellement. Mes boucles étaient parfaites, sans frisottis, du volume, avec de la brillance et un toucher très très doux.

Parfum: extrêmement agréable. A tel point que j’ai acheté le shampoing associé pour en profiter sous la douche.

Le +: ma chevelure bouclée, brillante et délicatement parfumée

Le –: son prix, un peu cher pour seulement 125ml à mon goût.

Ma note: 8.5/10

Retrouvez cet article par ici : http://www.lexpress.fr/styles/coiffure/soin-oleo-relax-de-kerastase-pour-cheveux-secs-et-rebelles-avis-et-test_1133336.html

En attendant l’été, 10 modèles de sandales à moins de 50 €

A cet instant précis, il pleut des cordes et le vent souffle fort. Mais hors de question de se laisser abattre, l’été revient (et le plus vite sera le mieux!)

Quoi de mieux pour se plonger l’esprit dans le summertime que de choisir sa prochaine paire de sandales ?

Voici une sélection fraîche et colorée à moins de 50 € en écoutant Sébastien Tellier – Roche

Sandale bicolore (existe en 2 autres teintes) – 39,95€ http://www.zara.com

Escarpin corail texture serpent – 49,99€ http://www.shop.mango.com

Sandale vernie jaune – 22,99€ http://www.newlook.com

Sandale orange (existe en 2 autres teintes) – 39,95€ http://www.zara.com

Nu-pied laçage cheville – 39€ http://www.andre.fr

Sandale menthe (existe en 6 coloris) – 34,99€ http://www.laredoute.fr

Sandale compensée rouge (existe en vert) – 45€ http://www.bata.fr

Sandale chair  (existe en 4 coloris) – 49,90€ http://www.sanmarina.fr

Espadrille compensée blanche – 24€ Anna Field chez http://www.zalando.fr

Sandale Grise (existe en noire) – 39,95€ http://www.zara.com

Les 10 personnages qui rendent dingue au volant

Selon les écolos, nous devons tous prendre les transports en communs ou utiliser notre vélo pour nos déplacements quotidiens sous peine d’être taxés de méchants pollueurs. La terre n’a jamais été aussi sale mais ses habitants n’ont jamais autant été donneurs de leçons. Voici un scoop, dans certaines régions, il n’y a ni métro, ni bus, ni piste cyclable pour nous permettre d’aller au boulot. Donc oui, je prends ma voiture. Bon, je fais du covoiturage mais est-ce suffisant pour éviter le bûcher d’EELV ? Un matin sur deux, je mets le contact et là c’est le drame…

1 – Le concept du clignotant

Bon ça arrive à tout le monde, même aux meilleurs. Une voiture qui vous double sur la quatre-voie sans clignotant, bien sûr, ce n’est pas un drame. Là, il s’agit de ceux qui freinent d’abord et l’enclenchent une fois qu’ils prennent leur virage (!!). Je parle de ceux qui le mettent à gauche pour tourner… à droite. De ceux qui ne le mettent jamais. De ceux qui roulent pendant une demi-heure avec leurs warnings (??). La gestion du clignotant dans un rond-point est également incroyable mais elle sera traitée dans une partie spécifique.

2 – Le concept du motard

On ne le voit qu’aux beaux jours et les jours fériés. Le motard se prend pour un mi-dieu, ou au moins pour un être largement au-dessus de l’automobiliste. Il chevauche sa bécane, il la possède, il aime l’asphalte et l’asphalte l’aime. Nous on des des connards, des nazes. Lui, il sait rouler, il sait conduire, parce qu’il est programmé pour ça. D’ailleurs, il se sent comme un acteur de blockbuster dans lequel il tiendrait le rôle principal, celui du gentil. Ils nous considèrent comme des pauvres incapables à quatre roues. Les motards forment une sorte de communauté, ils se font des « coucous » quand ils se croisent car ils s’aiment et se respectent entre eux. Ils ont un code d’honneur car ils se considèrent comme des gentlemen à deux roues. Essayez donc de faire des signes de ralliement à toutes les Twingos que vous croisez. Pour l’avoir testé, les Twingos n’ont aucune solidarité entre elles. Par conséquent, lorsque vous voyez un motard qui arrive dans votre rétro, surtout laissez-le passer ! Quitte à terminer dans le fossé ou tuer le gentil cycliste qui roule sur votre droite, c’est pas grave, le roi doit pouvoir passer sur votre gauche (sans clignotant bien sûûûûûr) et sans avoir à toucher la ligne continue (dans ce cas nous sommes d’accord pour dire qu’il n’est pas censé doubler quoique ce soit, même un tracteur). Si vous abdiquez rapidement et sans broncher, il vous gratifiera d’un petit mouvement de pied. N’en attendez pas plus, c’est tout ce qu’il a à vous donner, le roi motard. A la moindre résistance de votre part ou s’il sent chez vous de la mauvaise volonté, vous risquez le doigt d’honneur, voire le fameux coup de pied dans la portière. Attention, le motard se fait justice lui même, et il n’enfourche pas sa motocyclette pour rigoler.

3 – Le concept du chauffard

Un classique. Le chauffard s’en fout de tout et de tout le monde. Il a mis le paquet (les mensualités de son crédit auto sont plus élevées que son loyer) pour se payer une voiture qui a quelques bourrins de plus que la moyenne alors il a pas de temps à perdre avec vous. S’il veut passer, bah vous dégagez et fissa. Illustration: Il fait beau, la route est belle, la circulation fluide. Vous doublez tranquillement un camion en sifflotant « La Bohème » d’Aznavour. Un coup d’oeil dans le rétro, rien, puis un autre et là … une Golf GTI, modèle récent est à vos trousses, pleins phares et son conducteur gesticule dans tous les sens. Soit il a rendez-vous à l’Elysée et il est super en retard (surtout qu’il roue vers Brest), soit il a très envie d’aller aux cabinets, n’a plus de PQ de secours et ne va pas tarder à faire un malaise. En tous cas, il est pénible et agressif. Comportement à adopter : ralentir de 5 km/h (ça suffit amplement, promis) et mettre beaucoup, mais alors, beaucoup de temps à se rabattre sur la voie de droite et afficher un sourire béa.

4 – Le concept du macho

Alors lui ce n’est pas compliqué. Il suffit de vivre dans la peau d’une femme pendant une journée pour comprendre. Le macho part du principe que les femmes sont des incapables au volant, des dangers ambulants. Et il ne se prive pas pour vous le faire savoir. La main placé au sommet de son volant, il scrute les conductrices, trouve sa cible et surveille la moindre faute. Quand l’erreur fatale arrive, il explose dans sa voiture en refaisant la liste des tâches ménagères auxquelles la femelle devrait se cantonner. Quand à lui, il peut enchainer 14 infractions au code de la route en dix minutes sans jamais se remettre en question. Lorsque l’on tombe sur un macho, on rêve de se garer au frein à main, de se transformer en Iron Man avant de sortir de son véhicule pour lui demander « C’est quoi ton problème ? Tu veux qu’on en parle, ducon? »

5 – Le concept de l’escargot

Nous sommes tentés de croire qu’il est fatalement vieux mais même s’il y a quelques escargots argentés, ils ne constituent pas la majorité. Contrairement au chauffard, l’escargot n’est pas du tout pressé. Il roule doucement, trèèèèès doucement. Il n’est pas pour autant bon conducteur. Il roule juste doucement. L’escargot est pépère à 90 km/h sur une nationale limitée à 110. Il se fait doubler par les poids lourds mais ça ne lui fait ni chaud ni froid. Sa vitesse de croisière en ville est de 25 km/h ni plus ni moins, donc même à hauteur d’un feu orange bien mûr, il passe sans même envisager de s’arrêter. Il arrive de ne pas en vouloir à un escargot à la vue de son petit sticker rond Conduite Accompagnée : « Ok! Pas grave, c’est Kévin, le petit dernier et il est juste un peu flippé, on est tous passé par là » . Mais en le doublant, compréhensif, on se rend compte que c’est Jean-Louis, le père de Kévin qui est au volant. « Oh punaise! C’est ce mec là qui éduque Kévin et qui lui apprend à conduire?? ». La réponse est « oui », papa escargot fait des bébés escargots.

6 – Le concept du vieux

Quand je pense au vieux, j’imagine toujours la même scène : carambolage géant sur la route et papy qui s’éloigne au loin, naïf et innocent. Rouler sur la même route que lui nécessite un redoublement de vigilance. Car le vieux ne capte RIEN! Il veut aller d’un point A à un point B et ne connait qu’un itinéraire que rien ne pourra l’en détourner. Il est capable de tout. Sous ses airs calmes et derrière ses cheveux blancs se cache un véritable délinquant de la route. Aucune loi ne peut l’empêcher de vous donner les pires frayeurs de votre vie. Il sait prendre l’autoroute à contresens avec angélisme, il est capable de piler dans un rond-point avec sérénité, il peut doubler peinard pendant que vous êtes vous-même entrain de le doubler… Son bien-être est du à sa capacité énorme d’occulter les déchainements qu’il provoque. Entre classe et incrédulité, le vieux sévit chaque jour. Et le vieillissement de la population fait frémir…

7 – Le concept de l’arrogant

L’arrogant a une spécialité : « Si tu me doubles, j’accélère ». Il ne supporte pas qu’on puisse le doubler. En mode régulateur de vitesse bloqué à 114 km/h sur la quatre voies, vous arrivez rapidement à sa hauteur. Vous vous demandez même s’il n’est pas à 70. Quand tout à coup, il vous voit dans sont rétro et lorsque vous arrivez à sa hauteur, il vous lance un regard qui en dit long: « C’est moi que tu doubles? C’est MOI que tu doubles ? » Il est à la frontière d’une imitation de Robert De Niro. Sa réaction ne se fait pas attendre, il appuie sur le champignon et s’éloigne. Vous, toujours à 114 km/h mais seul, sur la voie de gauche. Vous avez l’air d’un con et les autres automobilistes se foutent un peu de votre gueule. A leur place, vous feriez pareil, avouez.

8 – Le concept du rond point

Il est de plus en plus courant d’être confronté aux situations qui vont être décrites, car les ronds points poussent comme des champignons en automne. Il y a ceux qui râclent tout l’extérieur du rond point pour prendre la dernière sortie, ceux qui prennent la voie centrale pour aller tout droit, ou même à droite, ceux qui pilent en plein milieu pour laisser passer les voitures soumises à un ceder-le-passage, ceux qui respectent le fameux ceder-le-passage mais après le panneau, ceux qui s’arrête bien au panneau mais ne se lancent jamais, ceux qui ne mettent aucun clignotant pour laisser le mystère planer… Sans mauvais jeu de mots, certains utilisateurs de ronds points ne tournes pas rond ! Bon ok c’est nul.

9 – Le concept du papa

Les femmes et les jeunes en sont les principales victimes. Le papa est un prof ou un flic raté. Il se sait pédagogue et patient. Il a un côté « donneur de leçons qui s’ignore » exaspérant. Il est champion de la délation et détient la vérité. Sa C5 est toujours nickel chrome car il la nettoie chaque dimanche matin. Lorsque qu’il promène bobonne (qui n’a pas touché un volant depuis son mariage il y a 25 ans) il se transforme en proviseur de collège et distribue des mauvais points. A la moindre erreur de votre part, le papa cherche votre regard pour vous montrer à l’aide de ses sourcils froncés, que : « ce n’est pas bien ce que tu viens de faire mon petit ». Ce qu’il considère comme une énorme bourde vous permettra de le voir secouer la main près de sa joue : « Si tu vivais à la maison avec moi, tu prendrais une bonne fessée, pas vrai bobonne? ». Ce qu’il peut inspirer ? Ni une envie soudaine d’effectuer un stage de conduite, ni un désir de se confesser afin de devenir meilleur : « Je veux que tu sois fier de moi papa« . Non rien de tout ça. Il donne surtout envie de mettre Marilyn Manson à fond et de baisser sa vitre pour lui proposer un plan un trois avec bobonne.

10 – Le concept de l’emmerdeur

Ah l’emmerdeur! Je l’adore. Il est tellement penible qu’il anime la journée la plus monotone. Il na pas d’âge, pas de visage, pas de sexe, il est partout. Il existe une quantité astronomique d’exemples le concernant: L’emmerdeur vous colle pour vous empêcher de faire votre créneau, il prépare le dépassement d’un camion 5 km avant, il prend sa priorité à droite sans regarder à gauche, pas même un coup d’oeil (ben oui c’est SA priorité), il est même prêt à vous rouler dessus quand il est dans son bon droit. Il vous pique votre place de parking sans scrupules, il se gare sur deux places sans complexes, il rêvasse au feu vert et démarre à l’orange, vous laissant derrière, seul avec votre fureur, il commence à doubler dès qu’il vous voit arriver dans son rétro, il freine avant la bretelle de sortie, il s’arrête au stop mais sa voiture dépasse tellement de la ligne blanche que vous êtes obligé de le laisser passer, il stagne sur la voie du milieu de l’autoroute, il a plein de choses passionnantes à raconter au pompiste ou au péagiste… en résumé l’emmerdeur a pour unique but de vous pourrir la vie.